Haut
  • -10 000
  • -9 000
  • -8 000
  • -7 000
  • -6 000
  • -5 000
  • -4 000
  • -3 000
  • -2 000
  • -1 000
  • 0
  • 1 000
  • 2 000

Docteur Jean-Georges Rozoy


Résumé des abréviations utilisées dans les articles : consulter la liste.

1989

Dr J.G. ROZOY :

René PARENT - 1917-1989



René Parent

René Parent nous a quittés subitement le 1er août 1989. Le profond lien qui nous unissait depuis 25 ans, une amitié jamais prise en défaut, m'autorisent à dire tout ce que la Préhistoire et sa région lui doivent. Né en 1917 à Lyon, d'un père fonctionnaire que le destin lui enleva de bonne heure, il passa sa jeunesse à Madagascar, puis, de retour au pays de sa mère (Barzy-sur-Marne), reprit ses études secondaires à Epernay. Il subit une dure interruption de 7 ans : service militaire, guerre, et 5 ans de captivité, puis obtint son baccalauréat (sciences exp.) en 1946. Il fut alors nommé instituteur, exerça dans plusieurs communes du Sud de l'Aisne, pour être ensuite affecté à Le Charmel, à 10 km au Sud de Fère-en-Tardenois. Il s'y fixa et y forma plusieurs générations d'écoliers jusqu'à sa retraite. Longtemps Secrétaire de Mairie, la reconnaissance de ses anciens élèves et administrés l'avait ensuite porté au Conseil Municipal et au poste de Maire-adjoint.

Célibataire, sans famille depuis le décès de sa mère, il consacrait tout son temps libre, à des activités socialement utiles où sa modestie, son désintéressement, son dévouement sans limite le rendaient incomparable. Très fortement lié au terroir, il eut toujours une action importante de défenseur de la Nature (en particulier, et avec succès, en faveur de la Forêt de Ris), et plus largement pour la préservation et la mise en valeur du Patrimoine. Titulaire des Palmes Académiques, Chevalier des Arts et Lettres, il était (entre autres fonctions bénévoles) Correspondant des Directions des Antiquités, qui avaient fréquemment recours à lui pour leur documentation et pour des missions sur le terrain ou des survols aériens.

Son activité bénévole principale fut l'archéologie de terrain, et tout particulièrement la Préhistoire. Il avait le souci d'une vision globale et à su, dans sa thèse, de. Doctorat, rendre compte de sa région du Paléolithique ancien (dès le début de l'Acheuléen le peuplement est, pour l'époque, important) jusqu'au Gallo-romain, sans oublier les gravures rupestres dont il a donné la meilleure analyse qui soit. Dès le début des années 50, il prospecte les labours et surveille les travaux. Il rassemble et sauve ainsi des éléments irremplaçables pour la compréhension de la vie ancienne entre Marne et Aisne. Il prend contact avec le Pr L.-R. Nougier et, avec tout un groupe de chercheurs des « Cahiers d'Archéologie du Nord-Est (notamment P. Guil¬laume, F. Deleam, R. Doublet, B. Chertier, et le très regretté G. Lobjois), il entreprend l'étude systématique du peuplement ancien régional. Pour la zone qui lui a été impartie, il mènera cet objectif à bien et sa thèse de l'Université de Toulouse, « Le peuplement préhistorique entre la Marne et l'Aisne », sera publiée dans les Travaux de l'Institut d'Art préhistorique de Toulouse qui y consacrera en 1971 et 1972 deux volumes (XIII et XIV, soit 575 pages), fournissant ainsi à tous les chercheurs une base de travail de premier ordre.

L'oeuvre essentielle de René Parent concerne l'Épipaléolithique (Mésolithique), la période de la chasse à l'arc. Dès 1960, avec J. Hinout, il signale les sites qu'ils ont découverts ou retrouvés, et, sans connaître la trouvaille de Loshult, ils identifient les microlithes à des armatures de flèches, c'est (en France) une grande première qui est passée trop inaperçue : voir enfin « l'Indien derrière l'artefact ». Par un travail soigneux, il montre dès 1962 l'indépendance des gisements tardenoisiens et néolithiques. Il retrouve sur le terrain la Chambre des Fées de Coincy, que l'on croyait détruite, et la fouille avec J. Hinout. Celui-ci la publiera en 1965. René publie de 1960 à 1976, sous son nom ou en collaboration, de nombreuses notes ou articles (souvent plusieurs par an) dans les Bulletins de la Société Préhistorique Française et de la Société Archéologique Champenoise, les Travaux de l'Institut d'Art préhistorique de l'Université de Toulouse, les Cahiers d'Archéologie du Nord-Est, la Revue Archéologique de l'Est, les Cahiers Archéologiques de Picardie, d'autres encore. La plupart concernent le Tardenoisien, dont ses travaux renouvellent la connaissance, mais on trouve aussi du Moustérien, des haches polies, du Gallo-Romain, du Mérovingien, et les techniques possibles pour la pêche préhistorique.

René participe dès la fondation aux travaux du Groupe d'Étude de l'Épipaléolithique (Mésolithique) (G.E.E.M.) où, avec R. Daniel, il jouera un rôle essentiel par sa connaissance parfaite des silex et par les séries (intactes) qu'il a rassemblées. On lui doit donc, pour une bonne part, la typologie de cette période. C'est lui, par exemple, qui proposera, lors de la réunion tenue à Marseille chez Max Escalon de Fonton, les bases de la systématique des trapèzes, qui seront adoptées presque sans modification. Il fouillait alors, seul, mais avec un soin exceptionnel pour l'époque, le site de l'Allée Tortue II à Fère-en-Tardenois, qu'il publiera en 1967 et dans sa thèse. C'est le site éponyme du Tardenoisien récent, celui signalé par Vielle dès 1890, qu'il avait su retrouver II découvre ensuite les sites de Sablonnière II (Coincy) et Montbani II (Mont-Notre-Dame) et en dirige la fouille avec l'aide de son équipe familiale. J'aurai alors l'occasion d'apprécier à leur pleine valeur sa modestie, son soin, sa patience, sa ténacité, ses connaissances encyclopédiques, et surtout ses capacités illimitées de dévouement et d'amitié. Ces deux sites fourniront (enfin !) pour le Tardenoisien moyen des dates C-14 non polluées : 6 240 +- 190 et 6 110 +- 350 B.C. René saura en faire l'exégèse exhaustive et montrer le pourquoi et le comment des difficultés de datation dans les sables du Tardenois. Ces travaux serviront de solide point d'appui pour la généralisation à laquelle je parviendrai pour la France et la Belgique. Nous entreprendrons ensuite en collaboration la fouille des sites IV, X et XIV de l'Allée Tortue. Son état de santé, malheureusement, va empirer peu à peu, lui rendant la fouille impossible : mais il aimait se tenir à la table pour enregistrer les pièces, les marquer et prendre les notes. Ses dernières années ne seront qu'un long calvaire.

René avait pris soin de prévoir sa disparition. Il a laissé toutes ses séries lithiques et autres au Centre de recherches archéologiques de Soissons, filiale des Directions régionales des Antiquités, avec les documents de fouille y afférents et tous ses tirés-à-part. C'est un exemple de plus qu'il nous a donné là.

Bibliographie préhistorique de René PARENT (1917-1989)

1960 (a) (avec J. Hinout) — Les abris ornés du Tardenois. Bull. S.A.C., 53-1, pp. 5-7. 1960 (b) (avec J. Hinout) — Notes préliminaires à propos de gisements microlithiques du Tardenois. Bull. S.P.F., LVII (5-6), pp. 313-316.

1960 (c) (avec J. Hinout) — Les pointes « feuilles de gui » du Tardenois. Bull. S.P.F., LVII (9-10), pp. 562-564.

1961 (a) (avec J. Hinout) — Différents faciès microlithiques observés dans le Tardenois. Association Française pour l'avancement des Sciences, Congrès de Reims.

1961 (b) — Le gisement tardenoisien de l'Allée Tortue près de Fère-en-Tardenois. T.I.A.P. IV, pp. 151-156. 1961 (c) — Haches polies de Fresnes-en-Tardenois (Aisne). C.A.N.E. 8, pp. 52-57.

1961 (d) — Quelques prospections archéologiques dans le Tarde-nois. Bull. Soc. Hist. Archéol. de Château-Thierry, p. 22.

1962 (a) — Répartition des gisements néolithiques et tardenoisiens dans la région de Fère-en-Tardenois (Aisne). T.I.A.P. V, pp. 107-119.

1962 (b) (avec P. Gillain) — Observations à propos des haches néolithiques de Goussancourt (Aisne). C.A.N.E. 9, pp. 39-40.

1962 (c) — A propos des feuilles de gui et des gisements mésolithiques du Tardenois. Bull. S.P.F., p. 63.

1962 (d) — Les gisements Néolithique et Tardenoisien de Trugny et de Caranda (Aisne). Bull S.P.F., pp. 64-67, 3 fig.

1962 (e) — Gisements tardenoisiens de la sablière de Fère-en-Tardenois. Bull. S.P.F. LIX (9-10), pp. 650-655.

1962 (f) — Un gisement néolithique près de Coulonges-en-Tardenois (Aisne). C.A.N.E. V, p. 67.

1962 (g) — Quelques prospections archéologiques dans le Tarde-nois. Mémoires Fédér. Soc. Histoire Archéol. Aisne 8, pp. 22-28.

1963 (a) (avec M. Savv) — Un gisement Levalloiso-Moustérien à Ronchères (Aisne). Bull. S.P.F. LX (3-4), pp. 205-214.

1963 (b) — Contribution à l'établissement d'une carte gallo-romaine régionale." Environs de Fère-en-Tardenois (Aisne). Bull. S.A.C. (1-2), pp. 40-46.

1963 (c) — Hache polie trouvée dans un mur à Condé-en-Brie. C.A.N.E. 11, pp. 16-18.

1964 (a) — Grès incisé et polissoir a Villeneuve-sur-Fére, près de Fère-en-Tardenois (Aisne). Bull. S.P.F. C.R.S.M. 5, p. CXXI.

1964 (b) — Quelques pièces néo-chalcolithiques du bassin supérieur de l'Ourcq près de Fère-en-Tardenois (Aisne). C.A.N.E. 13, pp. 27-34.

1965 — Creuttes et sépultures néolithiques de la vallée de l'Ourcq. T.I.A.P. VII, p. 135-146.

1966 (avec J.-L. Demetz) — Puits à offrandes et sépultures mérovingiennes à Maisy-sur-Aisne (Aisne). R.A.E. XVII (1-2), pp. 114-128.

1967 — Le gisement tardenoisien de l'Allée Tortue à Fère-en-Tardenois (Aisne). Bull. S.P.F. LXTV (1), pp. 187-208.

1969 (au sein du G.E.E.M.) — Épipaléolithique-Mésolithique. Les microlithes géométriques. Bull. S.P.F. 66, Ét. et Tr., pp. 355-366.

1971 (a) — Le peuplement préhistorique entre la Marne et l'Aisne (du grade 1 au grade 1,60 Est). Doctorat d'Université. T.I.A.P. XIII, 277 pages, et T.I.A.P. XIV, pp. 1-199.

1971 (b) — Préhistoire dans le département de l'Aisne : Les civilisations « mésolithiques » du Tardenois et leurs problèmes. Etudes de la Région parisienne 30, pp. 23-27 et 31, p. 31-38.

1972 (a) (au sein du G.E.E.M.) — Épipaléolithique-Mésolithique. Les armatures non géométriques - 1. Bull. S.P.F. 69, Et. et Tr. 1, pp. 364-375.

1972 (a) — Nouvelles fouilles sur le site tardenoisien de Montbani (Aisne) - 1964-1968. Bull. S.P.F., Ét. et Tr. 2, pp. 508-532.

1973 — Fouille d'un atelier tardenoisien à La Sablonnière de Coincy (Aisne). Bull. S.P.F. 70, Ét. et Tr., pp. 337-351.

1974 La grotte sépulcrale de Vichel-Nanteuil (Aisne) et l'habitat de la civilisation « Seine-Oise-Marne » dans le bassin moyen de l'Ourcq. Cahiers Archéologiques de Picardie II, pp. 13-18.

1975 (au sein du G.E.E.M.) — Épipaléolithique-Mésolithique. L'outillage du fonds commun - 1. Grattoirs - Eclats retouchés -Burins - Perçoirs. Bull. S.P.F. 72 Ét. et Tr., pp. 319-332.

1976 — Note sur les datations de deux gisements tardenoisiens de l'Aisne (Montbani et Sablonnière). Congrès Préhistorique de France XX, frovence 1974, pp. 473-475.

1980 (a) — Réflexions sur de présumés modes de pêche préhistoriques. Cahiers Archéologiques de Picardie 7, pp. 43-47.

1980 (b) — L'occupation du sol par les chasseurs tardenoisiens du Tardenois. T.I.A.P. XXII (Mélanges Nougier), pp. 381-386.

1989 (avec R. Chevallier et P. Plavinet) — Prospections aériennes au-dessus du canton de Lizy-sur-Ourcq. Bull. Société Littéraire et Historique de la Brie 44, 1988, pp. 5-14.


Résumé des abréviations utilisées dans les articles : consulter la liste.

© Jean-Georges Rozoy - Tous droits réservés 2016